Vous etes ici: Accueil Communication 50 ème Anniversaire

Le site de l'USDIFRA

DEMAIN L’INDEMNISATION

Une réunion du conseil d'administration se tiendra chez notre ami Luc Bossert
Vendredi 25 novembre 2011, à 17 heures
Auberge de Pémoura
32150 Monclar d'Armagnac

Cette réunion sera suivie, le lendemain, d'une réunion publique d'information
Samedi 26 novembre 2011, à 10h
Restaurant Le Brazero
Avenue des Pyrénées (Rte de Tarbes)
32000 Auch
Tél : 05 62 05 16 11

Bienvenue sur le site de l'USDIFRA

Le 50ème anniversaire de notre déracinement

Bateau de l'exil

Envoyer Imprimer PDF
logoChers amis,

1962-2012 ! Voilà 50 ans que notre communauté, toutes confessions confondues, a du quitter ses départements français d'Algérie et ses provinces d'Afrique du Nord anciennement sous tutelle de la France.

Notre union syndicale a été créée en 1965. C'est une des rares associations à s'être battu sans discontinuer pour la reconnaissance et le règlement des séquelles du préjudice matériel causé par cet exode.

Nous ne voulons pas que ce cinquantième anniversaire soit commémoré sans que nous honorions nos morts, laissés sur les terres qui les ont vus naître, ou qui reposent sur le sol métropolitain.

C'est pourquoi nous avons décidé de célébrer dignement cet événement autour d'une manifestation que nous avons baptisée « Le Bateau de l'Exil ».

Cette manifestation consiste, d'abord, à nous rendre en pèlerinage à Notre-Dame-d'Afrique, restée dans ce pays où nous sommes nés et qui est aussi le symbole de tous les chrétiens, les juifs et les musulmans qui, un jour de 1962, ont dû quitter de force cette terre,

LAISSANT NOTRE VIERGE NOIRE, SEULE, DANS SA BASILIQUE
SUR LES HAUTEURS D ALGER

 

Mis à jour ( Samedi, 01 Octobre 2011 10:11 ) Lire la suite...
 

Communiqué : Annonce bateau de l'exil

Envoyer Imprimer PDF

logo_comusdifra« les rapatriés se préparent à se souvenir des conditions de leur exode par la reconstitution en 2012 d’un voyage en bateau entre l’Afrique du nord et la Provence et le Languedoc similaire à ce qu’il a pu être en 1962 » 


L’année 2012 marquera l’anniversaire de l’exode des français d’Algérie. De mars 1962 à Aout 1962 environ un million de personnes de tous âges et de toutes religions ont du quitter leur terre natale sans espoir de retour ainsi que leurs maisons, leurs meubles, leurs amis, leurs moyens d’existence et leur travail, leurs souvenirs et leurs cimetières et parfois jusqu’aux membres de leurs familles.

Ce départ d’Algérie s’est fait dans des conditions d’insécurité maximum et l’arrivée en France métropolitaine de ces ressortissants français n’a été ni prévu ni facilité. Plusieurs mois après, ceux qu’on a commencé alors à appeler « rapatriés » vivaient encore dans des logis de fortune, sans aide, sans argent, sans travail et dans des logements insalubres ou sous la tente.

L’USDIFRA a décidé de commémorer ce terrible exode en louant un bateau similaire à ceux utilisés à l’époque qui refera symboliquement le voyage entre l’Afrique du Nord et le Languedoc et la Provence.

Mis à jour ( Mercredi, 17 Novembre 2010 22:08 ) Lire la suite...
 

Lettre du Cinquantième 2012

Envoyer Imprimer PDF

lUsdifra_LOGO_rondChers amis,

En 2012 nous vivrons le cinquantième anniversaire de notre départ forcé d’Algérie.

Nous avons tous dû rebâtir notre vie et devant les difficultés considérables que nous avons rencontrées, nous n’avons pas considéré comme une priorité de demander aux états français et algérien réparation pour les préjudices qu’ils nous avaient occasionnés.

Il faut dire que ces deux états ont tout fait pour que nous ne réagissions pas.

Certains d’entre nous pensent que la créance que nous détenons sur les deux états est irrécupérable, que le combat est par trop inégal et qu’il faut la passer par pertes et profits.

Nous arrivons maintenant à la croisée des chemins qui devrait nous mener à la création de l’euro méditerranée. C’est pour cela que nous devons décider à présent, soit d’accepter notre spoliation soit de demander le versement définitif de nos indemnisations.

Dans quelques années il sera trop tard.

Ce qui nous contraint aujourd’hui à demander « Justice ».

Nous restons en réalité parmi les très rares victimes de spoliations en Europe dont les biens n’ont été ni indemnisés ni restitués.

 

Mis à jour ( Mercredi, 17 Novembre 2010 22:08 ) Lire la suite...
 

Publicités

firefox-wordmark-horizontal

 

 Pour une meilleur navigation sur le net !