Vous etes ici: Accueil Communication Communiqués

Le site de l'USDIFRA

DEMAIN L’INDEMNISATION

Bienvenue sur le site de l'USDIFRA

Communiqués & Actus

Communiqué du SFPN.

Envoyer Imprimer PDF

logo_comusdifra

Le comité d'organisation du Salon du Savoir Faire Pied Noir souhaite faire savoir qu'il a d'ores et déjà atteint ses objectifs de réservation de stands pour ce quatrième salon. Déjà plus de 62 stands sont réservés

Le cinquième salon du Savoir faire Pied Noir qui aura lieu à Port Barcarès du 26 au 28 août 2011
Sera donc le plus important en nombre d'exposants depuis sa création. Le premier salon avait accueilli 15 exposants et depuis le nombre d'exposants augmente régulièrement.

Il en est de même du nombre de visiteurs puisque le premier salon avait vu quelques centaines de visiteurs parcourir ses allées, qu'il s'agissait de 1500 visiteurs pour le quatrième salon et que quelques milliers de visiteurs sont attendus pour cette cinquième édition.

Le Salon du Savoir Faire Pied Noir qui est une manifestation ayant lieu chaque année en fin d'été à Port Barcarès a manifestement trouvé sa place parmi les manifestations incontournables du Languedoc-Roussillon. Il donne l'occasion à de nombreux exposants repliés de départements ou territoires anciennement français d'Afrique du Nord de faire goûter ou de montrer leur production agricole, culinaire, artisanale et artistique à leurs compatriotes et à leurs amis, ceci dans une ambiance festive.

Le Président Gabriel Mène, Président de l'USDIFRA a voulu en créant ce salon, montrer qu'en dépit des extraordinaires difficultés rencontrées par la population française repliée d'Afrique du Nord, elle était capable de produire en France des choses extraordinaires et qu'elle représentait un formidable atout pour notre pays.

Les visiteurs de ce salon pourront se rendre compte des formidables ressources de fraternité et de générosité de cette population « pied noir » ainsi que son sens de la fête.

Lire la suite...
 

Lettre aux députés

Envoyer Imprimer PDF
logoMonsieur le Député,

Je vous prie de trouver ci-joint en copie un article paru ce jeudi 30 juin dans le journal Var Matin.

La famille Tartamella, rapatriée d'Algérie en 1962 après avoir été spoliée de ses biens en Algérie et subi un déracinement pour raison d'Etat sans en être dédommagée était parfaitement éligible au dispositif de désendettement des rapatriés mis en place par la Loi.

Ceci montre s'il en était besoin
1/ que le dispositif ne fonctionne pas
2/ que la MIR ne fonctionne pas
3/ que les engagements pris par le Chef de l'état au moment de son élection ne sont pas tenus.

Les rapatriés ne resteront pas inactifs.

Je vous adresse, Monsieur le Député, l'expression de mes sentiments très distingués.

Gabriel Mène

pdf-file-logo-icon

Cliquez sur l'image pour voir l'article du Var matin.

 

Monsieur le Député,

Je vous prie de trouver ci-joint en copie un article paru ce jeudi 30 juin dans le journal Var Matin.

La famille Tartamella, rapatriée d'Algérie en 1962 après avoir été spoliée de ses biens en Algérie et subi un déracinement pour raison d'Etat sans en être dédommagée était parfaitement éligible au dispositif de désendettement des rapatriés mis en place par la Loi.

Ceci montre s'il en était besoin
1/ que le dispositif ne fonctionne pas
2/ que la MIR ne fonctionne pas
3/ que les engagements pris par le Chef de l'état au moment de son élection ne sont pas tenus.

Les rapatriés ne resteront pas inactifs.

Je vous adresse, Monsieur le Député, l'expression de mes sentiments très distingués.

Gabriel Mène
 

Entretiens entre les représentants de plusieurs associations

Envoyer Imprimer PDF

logo_comusdifraL’USDIFRA communique :

Le 15 juin 2011 se sont tenus à Paris des entretiens entre les représentants de plusieurs associations de rapatriés dont l’USDIFRA et M. Christian FREMONT, Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat.

M. Eli ABOUD, Député de l’Hérault et Président du groupe parlementaire d’études aux rapatriés et M. Renaud BACHY, Président de la Mission Interministérielle aux Rapatriés, et depuis peu Président de l’ANIFOM, assistaient également à cette réunion.

Les représentants des associations de rapatriés ont été très surpris de constater qu’aucune mesure nouvelle n’était envisagée par le Chef de l’Etat et le Gouvernement tant en ce qui concerne le domaine mémoriel et moral qu’en ce qui concerne le domaine matériel. Ceci alors que lors d’entretiens préliminaires tenus le 22 novembre 2010, les graves insuffisances de la politique suivie ces dernières années à l’égard des rapatriés avaient été soulignées et des directions précises de travail avaient été indiquées.

Il devient maintenant très probable que le mandat Présidentiel du Président Nicolas SARKOZY se terminera sans que ses engagements à l’égard de la communauté rapatriée ne soient tenus.

L’USDIFRA et les associations présentes lors de ces entretiens ainsi que toutes les associations représentatives de la communauté des français d’Afrique du Nord doivent se rencontrer prochainement pour apporter une réponse politique au non respect des engagements pris par le Chef de l’Etat.

L’USDIFRA a été créée en  août 1965  quand de nombreux rapatriés d’Algérie ont connu de grosses difficultés morales et matérielles de réinstallation après leur exode forcé.

Depuis sa création, elle s’est fixée  pour mission de défendre essentiellement leurs intérêts matériels, ce qui a permis d’atténuer certaines des difficultés matérielles et morales de réinstallation qu’ils rencontraient. Cette action concernant la réinstallation est toujours en cours aujourd’hui, 49 ans après le rapatriement.

L’USDIFRA a été à l’origine de l’action judiciaire collective devant la commission internationale des Droits de l’Homme de l’ONU ainsi que de diverses actions judiciaires ayant pour but de réparer les préjudices subis par la communauté rapatriée.

L’USDIFRA a proposé en 2010 à toutes les associations, amicales et syndicats de rapatriés de s’unir en vue d’assurer de meilleures conditions de représentation de la communauté rapatriée.

Ceci a conduit à la création du Conseil National Supérieur de l’Union des Rapatriés (CNSUR)°

 

Gabriel Mène

 

Mis à jour ( Dimanche, 19 Juin 2011 17:54 )
 

Réponse faite a Mr Michel Boujenah" Émission de Guillaume Durand "Face aux Français"

Envoyer Imprimer PDF
Monsieur le Juif du Maghreb,

Je me sens mal a l'aise suite aux remarques que vous vous êtes permis de faire au sujet des Pieds-noirs. J'étais naïvement convaincu que vous faisiez partie de notre communauté parce que tout comme nous vous aviez grand besoin de retrouver vos racines face au traumatisme cause par l'exode. Difficile de vous entendre dire, Monsieur le juif du Maghreb, que la plupart des Pieds-noirs sont racistes, d'extrême droite et anciens d'OAS. Vous semblez ignorer que la plupart d'entre nous étions des produits issus de l'immigration, des néo-français s'exprimant souvent dans leur langue, des prolétaires devenus propriétaires, agriculteurs, commerçants, artisans. Je ne peux pas rester indifférent à vos propos sachant que 90% des Pieds-noirs appartenait aux classes moyennes et populaires. Nous habitions un pays ou toutes les communautés vivaient en paix, les Arabes partageaient nos fêtes, nous nous mangions les gâteaux que les Juifs faisaient pour les leurs et nous
Nous avions l'habitude de leur offrir nos spécialités à Noel et à Pâques. Nous vivions par la force des choses dans une société dont la fusion entre les différentes composantes ne s'était jamais faite. Très peu de filles musulmanes voilées des l'âge de la puberté ne purent sortir de leur environnement familial avant que leurs parents aient pu arranger leur mariage. Les Juifs vivaient dans des quartiers sépares, ces derniers pratiquaient l'endogamie par respect sans faille a la loi ancestrale qui continue à interdire la mixité du mariage, craignant de disparaitre par assimilation, ce qui équivalait a un rejet systématique de l'étranger. Quand a certains européens, aux préjuges écules, leurs attitudes s'inscrivaient aussi en négatif. Pourtant le racisme n'existait pas, les enfants de toutes les communautés usèrent leur fond de culotte sur les bancs de l'école laïque et républicaine, les transports étaient a la disposition de tous.

 

Lire la suite...
 

Lettre à Monsieur le Ministre Estrosi

Envoyer Imprimer PDF
lettresMonsieur le Ministre,

Nous venons d'avoir communication de votre discours prononcé à Nice lors de la manifestation « soleil des deux rives »

Vous y indiquez que les engagements qu'avait pris M. Nicolas SARKOZY au moment de l'élection présidentielle de 2007 à l'égard de notre communauté seraient tenus intégralement d'ici la fin de son mandat présidentiel.

Vous n'êtes pas sans ignorer Monsieur le Ministre, que pratiquement aucun des engagements du candidat Nicolas SARKOZY n'a à ce jour été tenu.

Laissez moi vous rappeler que le 24 mars 2007 à Nîmes, vous représentiez M. Nicolas SARKOZY à une réunion de délégués de rapatriés, environ 800 personnes, en présence de plusieurs parlementaires et aviez annoncé un certain nombre de mesures, parmi lesquelles je citerai le moratoire et de nouveaux textes législatifs en faveur des rapatriés.
Le monde rapatrié, plus de quatre ans après attend toujours......

Lire la suite...
 
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  7 
  •  8 
  •  9 
  •  10 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »
Page 1 sur 10

Publicités

firefox-wordmark-horizontal

 

 Pour une meilleur navigation sur le net !

Facebook

Mène Gabriel | Créez votre badge